A travers des articles statistiques, à travers des articles de fond aussi divers que les mutilations volontaires, le code de justice militaire, la notion de fusillés pour l'exemple, l'ambition du Prisme est de fournir un ensemble d'informations permettant aux lecteurs d'appréhender en toutes connaissances de causes et sans parti pris de notre part la problématique des fusillés du conflit 14/18. Notre but n'est pas de juger mais de présenter, d'analyser les faits, de les porter à la connaissance de nos concitoyens au sujet d'une question qui n'est pas seulement d'ordre historique mais enjeu aussi d'un débat mémoriel, encore présent aujourd'hui.

jeudi 8 mai 2014

Mise au point statistique élaborée par le groupe de recherche « Prisme 14-18 »

Depuis une quinzaine d’années, le débat mémoriel sur les fusillés pour l’exemple, qu’on croyait définitivement entré dans le domaine de l’histoire, refait surface épisodiquement.
 
L’arrivée du centenaire de la guerre de 1914-1918 lui donne une visibilité légèrement accrue.
On constate les désaccords qui existent, non seulement sur les interprétations qui sont faites de ce phénomène, mais aussi sur son ampleur numérique.


Notre groupe, actif depuis plusieurs années, s’est donné pour tâche, entre autres, de tenir à jour, au fil de ses découvertes, le bilan numérique des fusillés à partir de toutes les sources existantes. Nos tableaux se sont remplis et se remplissent encore.


Un livre récent nous a interloqués car il donne une estimation numérique qui manque pour nous de définitions claires. Il y est avancé le nombre de 740 fusillés, en laissant entendre que cela est exhaustif. Un rapide survol nous a montré que ce chiffre recouvrait en fait des réalités dissemblables, toutes sortes de fusillés, civils et militaires après jugement ou pas, avec parfois des cas limites – comme fusillés par méprise – et qu’en tout cas notre récapitulation minutieuse nous a fait découvrir 43 cas non cités dans cet ouvrage, tous fusillés après jugement sur le front.


C’est pour voir plus clair dans cette confusion que notre groupe, qui a pris pour nom « Prisme 14-18 » (voir ici de qui il est constitué), a décidé de diffuser publiquement le fruit de ses travaux, à savoir, à la date d’aujourd’hui, la délimitation statistique du volume des fusillés pour l’exemple, en essayant de le décomposer et de le présenter dans son évolution mensuelle.


Ce groupe, en conformité avec une décision prise initialement, ne tient pas à donner sur la toile les noms de fusillés, tout d’abord pour respecter la loi et aussi parce qu’il ne se sent pas le droit de diffuser des noms, risquant de provoquer des contrecoups douloureux dans certaines familles. Pour ces dernières, qui nous le demanderaient, nous mettons naturellement à disposition les informations recueillies.


Les tableaux ci-dessous sont présentés à la fois séparés puis cumulatifs.

" Attention! Le bilan ci-dessous est un bilan provisoire. Au fil de vraisemblables  nouvelles découvertes, il sera créé des mises à jour dans les divers tableaux qui seront signalées par  « Mise à jour du... »."
  • 1 mise à jour effectuée en date du 25 mai 2014 - mise en ligne du 12 juin 2014.


1er tableau : il donne le nombre de soldats sous l’uniforme français fusillés après jugement sur le front occidental dans ce qui était appelé : la « zone des Armées »



2e tableau : nombre de fusillés après jugement en Orient (Dardanelles, Salonique, Serbie)

Msg1_Tab2

2e tableau bis : nombre de soldats fusillés après jugement sur les fronts occidental et d’Orient


3e tableau : nombre de fusillés après jugement en Afrique du Nord et en Extrême-Orient

Msg1_Tab3

3e tableau bis : nombre de soldats fusillés après jugement : front occidental, front d’Orient, Afrique du Nord et Extrême-Orient


Ces trois tableaux sont le résultat des jugements des conseils de guerre aux Armées.

Le groupe ne les commentera pas pour l’instant, si ce n’est, dans le but de lutter contre une rumeur mémorielle tenace, une confusion fréquente, pour attirer l’attention des lecteurs sur le fait que, s’ils comparent les variations mensuelles de fusillades, ils peuvent voir que les exécutions pour mutineries en 1917 ne recouvrent que 3% des fusillés durant cette guerre.


4e tableau : nombre de soldats fusillés après jugement des conseils de guerre permanents dans les sièges de Région Militaire (Paris, Lyon, Marseille, Rennes…)

Msg1_Tab4

4e tableau bis récapitulatif : nombre de soldats fusillés après jugement des fronts occidental et oriental, Afrique du Nord et Extrême-Orient, Arrière


5e tableau : nombre de civils fusillés du front occidental après jugement des conseils de guerre aux Armées

Msg1_Tab5

5e tableau bis : nombre de civils fusillés du front oriental après jugement par des conseils de guerre aux Armées

Msg1_Tab5b

5e tableau ter : nombre de civils fusillés sur les fronts occidental et oriental après jugement par des conseils de guerre aux Armées

Msg1_Tab5t

6e tableau : y figure le nombre de condamnés à mort pour désertion à l’ennemi. Ce ne sont évidemment pas des fusillés mais il a paru utile au groupe de porter à la connaissance le dénombrement au cours de la guerre des combattants condamnés à mort par contumace

 Msg1_Tab6

Le groupe présente ensuite ce qui n’est qu’un bilan provisoire des soldats exécutés sommairement en France, Orient et Afrique du Nord. Contrairement aux tableaux précédents pour lesquels on peut être sûr que l’on n’est pas loin de l’exhaustivité, l’absence d’enregistrement des exécutions sommaires fait qu’il s’agit seulement d’une indication, d’une attestation que le chiffre donné est issu d’une vérification minutieuse de la réalité et des modalités de l’exécution. Ce bilan ne peut qu’être réévalué à la hausse au gré de la découverte de témoignages.



Attention!! Ces chiffres sont des chiffres planchers. Toutes nos lectures nous incitent à penser que le bilan est bien plus élevé. Au fur et à mesure des découvertes, bien recoupées, ce bilan évoluera. C'est pour cela qu'ils ne sont pas intégrés au bilan ci-dessus, estimé proche de la réalité.

8e tableau : Soldats fusillés après condamnation en vertu des articles 223 & 267 du code de justice militaire, aux Armées, à l’Arrière, en Afrique du Nord et Extrême Orient

Msg1_Tab8

La plus ou moins grande partie des criminels parmi les fusillés pour l'exemple fait débat, les uns optant pour une rareté, les autres pour en faire une des composantes importantes de ce groupe. Aussi avons-nous pensé utile de présenter statistiquement ce sous-groupe.

Le ratio du nombre de criminels rapportés au nombre de fusillés jugés: 54/704 nous donne une proportion légèrement inférieure à 8%. Cette proportion ne devrait guère évoluer au fil des nouvelles découvertes.

9e tableau : Bilan ne prenant pas en compte les soldats exécutés sommairement mentionnés ci-dessus sur le 7e tableau


Voici les faits, les chiffres que le groupe a vérifiés. A chacun de s’en emparer pour ses recherches.

Frappé par le fait que l'histoire de la Grande Guerre véhicule pas mal de légendes, le groupe s'est constitué pour retrouver la guerre et ceux qui l'ont vécue, hors des récits convenus, par la confrontation scientifique et minutieuse des nombreuses sources disponibles qui gisent dans les fonds d'archives, à vrai dire peu exploités, rebutant le chercheur individuel par leur abondance massive. Loin des théories explicatives, brillantes ou pas, priorité aux faits, aux chiffres. Le groupe s'intéresse ici à la question des fusillés mais ne s'interdit nullement de passer au prisme de la connaissance les versions mémorielles en circulation en cette commémoration du centenaire.

___________________________________________________________________________

Une analyse complémentaire suite aux dépouillements des dossiers  de justice militaire
mis en ligne sur le site "Mémoires des Hommes":

(27 mars 2015)
http://prisme1418.blogspot.fr/2015/03/resultats-de-lanalyse-quantitative-des.html

2 commentaires:

  1. L'on voit sur le 1er graphique que la majorité des fusillés l'ont été en 1914 et 1915. Il ne doit à cette date pas s'agir de mutinerie mais plus probablement de jugement contre la criminalité (viols, meurtres de civils, etc...). A-t-on des statistiques sur cela ?

    RépondreSupprimer
  2. Et surtout n'oublions pas qu'il s'agit de fusillés APRES JUGEMENT. Combien d'exécutions sommaires ? (sur le champ ou au petit matin ) .......

    RépondreSupprimer